Gyeongju (1ère partie) : le Musée national de Gyeongju

Publié le par yann ourry

Gyeongju, ville du sud-est du pays, est la première destination touristique de la Corée. La ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Ancienne capitale du royaume de Silla, elle a compté un million d'habitants et garde de nombreux monuments témoignant de son histoire. On dit souvent que Gyeongju est à la Corée ce que Kyoto est au Japon.

Je vous propose de découvrir les principaux sites historiques de Gyeongju, que j'ai personnellement visités en 2006 en deux jours. Nous avons consacré la première journée aux sites suivants, proches du centre-ville :
- le Musée national de Gyeongju
- le parc Daereungwon
- l'observatoire Cheomseongdae
- Anapji

La deuxième journée, nous avons visité les trois sites suivants situés à l'extérieur de la ville :
- la grotte Seokguram
- le temple Bulguksa
- la montagne Namsan

Un peu plus de temps est nécessaire pour découvrir les nombreux autres sites de Gyeongju. Je pense notamment à la tombe sous-marine du roi Munmu, située sur la côte. Les Coréens apprécient beaucoup également le cours d'eau Poseokjeong. Je ne pourrai donc pas présenter ces deux sites.

La première journée, nous avons visité la ville en vélo. Je conseille ce moyen de locomotion, car les différents sites sont distants d'environ 1 à 2 kilomètres les uns des autres. C'est un peu long à pied, et il me semble qu'il n'est pas nécessaire de prendre le bus pour si peu, le vélo est plus rapide et plus agréable. De nombreux magasins louent des vélos à des prix peu élevés dans le centre-ville.

Après quelques minutes de vélo, nous arrivons donc au musée national de Gyeongju. Ce musée, implanté dans des bâtiments modernes, présente l'histoire de la ville et de la Corée pendant la période de Silla. Sa visite me semble incontournable.

































Gyeongju était donc la capitale du royaume de Silla, fondé en 57 avant Jésus-Christ. On a coûtume d'appeler "Trois Royaumes" l'époque qui s'étend du premier siècle avant Jésus-Christ jusqu'en 672 après Jésus-Christ. La Corée était divisée effectivement en trois grands royaumes, mais d'autres puissances ou états, plus petits ont existé à cette époque. Les trois royaumes sont en fait les trois puissances les plus fortes qui sont issues des nombreuses tribus qui existaient en Corée. Ces trois royaumes sont Goguryo (grand territoire situé au nord de la Corée mais s'étendant également en Chine), Baekje (situé au centre et au sud-ouest de la Corée, Séoul en fut un temps la capitale) et Silla (sud-est de la Corée).

De nombreux conflits et alliances se succèdent entre ces puissances au fil des siècles, jusqu'en 672, date de l'unification des trois royaumes, finalement dominés par Silla. Gyeongju devient donc la capitale du royaume de Silla unifié, malgré sa position excentrée du fait de l'acquisition des nouveaux territoires. On estime la population de Gyeongju à cette époque à environ un million d'habitants (contre 280 000 aujourd'hui). Silla connaît alors une grande période de prospérité, qui s'accompagne d'un développement culturel important. Le temple Bulguksa, Seokguram, Cheomseongdae sont encore aujourd'hui des symboles de la puissance de Silla.

Le déclin de Silla intervient à la fin du 8e siècle. Les paysans, lourdement taxés, mènent des révoltes contre Silla qui aboutissent à la création d'une nouvelle puissance, Koryo, en 918. Devant cette puissance montante extrêmement populaire menée par Wang Kon, le dernier roi de Silla décide d'abdiquer en 935. La dynastie Silla s'éteint près de 1000 ans après sa fondation, et Gyeongju perd son statut de capitale.

Le Musée national de Gyeongju parcourt donc les mille ans du royaume de Silla. Il comprend de très nombreux objets d'art fabriqués à  cette époque (couronnes en or, céramiques...), aborde les oeuvres religieuses (nombreuses statues) réalisées pendant cette période qui a connu le développement du bouddhisme en Corée, et présente des maquettes de monuments disparus ou existants à Gyeongju et dans les environs.

A l'extérieur du musée est exposée l'ancienne cloche du temple Bongdeoksa. Cette cloche célèbre est la plus grande de Corée. Elle mesure 3,75 mètres de hauteur et pèse 20 à 25 tonnes (selon les sources...). Elle a été réalisée par le roi Kyung Duk pour son père défunt Sung Duk dans le but de lui procurer le bonheur éternel.



































Cette cloche célèbre est souvent appelée "Emile". La légende raconte (en résumé) que les habitants de Gyeongju devaient aider à la fabrication de cette cloche. Une femme pauvre a été obligée de donner son seul trésor, sa petite fille. Celle-ci a été jetée dans le bronze en fusion et elle se serait écriée "Emile", ce qui signifie "maman". Le son très pur de la cloche serait dû à cette petite fille. Pas très gai, j'espère qu'il ne s'agit que d'une légende...

La cloche présente un important décor et de nombreuses inscriptions.

























Pour la petite histoire, des modèles réduits de cette cloche ont été réalisés et commercialisés. Cette petite cloche est un cadeau très courant offert par les Coréens aux étrangers (j'y ai eu droit moi aussi comme vous le prouve la photo...).  Pour le modèle réduit, la cloche est suspendue à une tête de dragon. Elle n'est pas très grosse, mais je vous assure qu'elle fait du bruit!!!

Publié dans patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article